A.W.S.A. France


Aller au contenu

Menu principal:


Sarkozy et les 40 maladroits...

Actualités

13 Juillet 2010


SARKOZY ET LES 40 MALADROITS...



De quoi parle-t- on au juste? De spoliateurs de la République? de justice traînée au bout d'une laisse ? d'une déliquescence de la morale politique ?

Si c'est le cas, rendons alors justice à Sarkozy.


Et pour cela, sans remonter aux années 30 même si c'est dans l'air du temps, un léger rappel historique s'impose.

" Mitterrand et les 40 voleurs" puis "Chirac et les 40 menteurs ".

Ces Chefs d'Etat ont vu leurs agissements et la spoliation organisée de la République sous leur mandat dénoncés sur la place publique.

Ceux qui prétendent nous donner aujourd'hui des leçons de morales sont ceux-là même qui, sous et avec Mitterrand, par exemple, ont participé ou soutenu les pratiques détestables de ce dernier, prétendu socialiste devant l'Eternel.

Aujourd'hui, les Aubry, Fabius, Lang, Emmanuelli et les autres nous la jouent "morale".

Certains, comme Ségolène Royale, nous la jouent même version Madone, allant jusqu'à vouloir faire " karchériser" la Sarkozyland. Diantre! Dantre!

Alors que l'ancienne égérie et Conseillère de Mitterrand, puis Ministre de Bérégovoy impliqué dans le scandale financier que l'on sait, ancienne compagne de François Hollande, soutien du même Mitterrand, accusé par Montaldo dans son livre en des termes vifs, devrait balayer d'abord devant sa porte les effluves des scandales financiers du gouvernement dont elle était membre et partie prenante.

  • Mais pendant que les voraces de gauche dévoraient à tout va et s'emplissaient les poches, Mitterrand prenait des airs hautains, refusait de s'expliquer et osait même stigmatiser dans le même temps, l'argent sale, celui qui corrompt...Bien vu !


  • Après, Chirac n'a eu qu'à mettre son bâton dans le sillon ainsi tracé.


Alors que sous sa Présidence, les affaires secouaient la France, le Président regardait ailleurs ou flattait le postérieur des vaches. Feignant d'oublier ses propres affaires ou ce que faisait son entourage, refusait de s'expliqer ou en guise d'explication, amusait même le bon peuple avec ses " pschitt" lors d'un 14 Juillet....

Il est vrai qu'un peuple amusé a déjà à moitié à ses chefs pardonné…

Le haut brigandage de l'argent du contribuable est devenu un système de gouvernance à la française et bien établi dans les mœurs du pays.

Alors pourquoi Sarkozy est-il systématiquement attaqué? Que peut-on lui reprocher ? Qu'a-t-il fait de plus condamnable que ses prédécesseurs à l'Elysée ?

Sinon et à l'évidence son manque de discrétion, ses maladresses et celles de son équipe.

En effet, voilà quelqu'un qui affiche sitôt son élection acquise, son amour des beaux chics, des montres de luxe (à gauche, Julien Dray en a fait pourtant plus qu'une passion, un usage immodéré...)

Sarkozy exhibe naïvement sa jolie Rolex. Les yachts de ses copains. Ses riches copains etc..

Alors qu'il fallait la jouer humble en apparence. Style français de base, aux goûts modestes, une simple tête de veau par ici, des œufs au plat par là....à l'instar de ses prédécesseurs.


D'ailleurs, Mitterrand ne s'y est pas trompé, lui, qui pour déguster ses mets favoris choisissait, par exemple, des ortolans.
Ce qui l'obligeait à dissimuler la tête sous une serviette.

En réalité, non pour en apprécier le fumet comme d'aucun l'ont cru, mais pour ne pas être reconnu par ses voisins de table…Un tel plat à ce prix, cela l'affichait, en effet, bien mal pour un prétendu socialiste…

De même, Sarkozy a pris le risque, d'épouser une jolie femme et s'affiche et affiche son bonheur.

Quelle erreur impardonnable en France !

De quoi liguer tout un pays contre soi !

Les hommes français sont frustrés de ne pouvoir en faire autant. Les femmes françaises sont jalouses de la grâce, de la joliesse et de la minceur de leur first lady.

Il lui fallait, cela allait de soi, se sacrifier aux apparences. Epouser une bonne bourgeoise, au physique anodin, et même plutôt aux formes rebondies, aux goûts modestes pour rassurer les français de base en leur renvoyant leur propre image.

Et puis, ne s'afficher officiellement qu'avec ladite épouse et mener discrètement, tendres aventures avec toutes les belles de passage, , comme tous ses prédécesseurs, ou même installer des concubines à l'Elysée, à l'instar de Mitterrand mais toujours dans la discrétion et la dissimulation.

En France, tout est permis dans l'hypocrisie.

il est même bien acquis que depuis Henri IV, le bon peuple trouve plutôt sympathique un chef un peu égrillard, porté sur la chose, du moment que les apparences sont sauvegardées.

Maladroit, S
arkozy ne pouvait que s'entourer de conseillers et de ministres à son image, c'est-à-dire tout aussi maladroits.

Entre celui qui enfume le bon peuple en lui soufflant sans vergogne au visage la fumée des cigares qu'il s'offre à ses frais,

Celle qui en profite pour loger toute sa famille et celui qui s'octroie des permis de construire indus pour se loger.

Celui qui se veut trésorier du Parti du Président et en même temps son Ministre du Budget, avant d'être celui du Travail, tout en faisant travailler sa femme chez de riches héritières.Trop de travail tuant le travail.

Ceux qui rédigent au Président des discours qui lui attirent d'abord et surtout rancunes et critiques dans le reste du monde (genre discours de Dakar).

Ceux qui divisent le pays, jusqu'à se faire condamner pour injures raciales au détriment d'une catégorie de français, au lieu de permettre au Président de prendre la hauteur qui sied à un Chef d'Etat et se poser en rassembleur de toutes les composantes du pays.

Sans omettre les relations privilégiées avec quelques procureurs dévorés d'ambition.

Tout cela est permis et se fait, hélas, dans notre belle République.

Mais personne n'a dit à Sarkozy et à son entourage que
la tradition y exige la discrétion.

  • Il suffit de relire "Mitterrand et les 40 voleurs".


  • Piller la République, oui


  • mais en y mettant un minimum de formes vis-à-vis de l'extérieur.



A l'heure où s'annonce un remaniement , Sarkozy devrait en rendre obligatoire la lecture à tous ses nouveaux Ministres et à tous ses proches collaborateurs.

Il serait dommage, en effet, de laisser se perdre dans les dédales de l'Histoire l'expérience et l'onctuosité toutes florentines d'un Mitterrand en la matière.

Et puis, Sarkozy devrait apprendre à faire rire un peu les français.

Il ne sait pas amuser ce peuple de France, prêt à tout pardonner pour un bon mot.
Et qui, frustré, lui impute sa mauvaise humeur et tous ses maux.

Et puis. Et puis et surtout, Sarkozy se justifie et
s'explique.

Toujours
et sur tout.

Tel un gamin pris les doigts dans la confiture.

Et, comble de la maladresse,
il se plaint aussi.

Genre "
voyez-tout ce qu'on me fait" qui ne peut que le rendre plus louche. En effet, pour les français, un Président disposant de tous les pouvoirs, ne peut être victime.

Injuste peut-être mais c'est ainsi.

Comme la Reine Victoria l'a rappelé, une maxime s'impose aux Chefs d'Etat " never explain, never complain".

Ne jamais s'expliquer, ne jamais se plaindre.

Ses prédécesseurs l'ont compris, eux qui refusaient toujours de s'expliquer.

Car toujours les chiens aboient ( peuple, médias, justice etc...), la caravane politique finit toujours par passer.

Sarkozy victime de ses maladresses ? Oui, des siennes et celles de son entourage.

" Sarkozy et les 40 maladroits" attendent encore l'écrivain qui contera leur épopée en ce début du XXIème siècle.




AWSA France | qui est A.W.S.A France? | extrait des statuts | Contact | Adhérer | Actualités | Cette nausée qui nous gagne... | Laicite | Egalité-Diversite | Etranger(e)s-vos droits | Paroles de Femmes...et d'Hommes | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu