A.W.S.A. France


Aller au contenu

Menu principal:


le voile et la nudite: une interview de Nawal al Saadawi

Actualités



Mardi 18 decembre 2012-00:00 par Pauline Odhiambo
traduction libre. Version en anglais ci-dessous


" Je ne suis pas contre la nudité mais je crois que tout le monde devrait être nu. Tant hommes que femmes. Voile et nudité sont deux faces de la même pièce de monnaie.

Je suis contre le voile si seules les femmes doivent être voilées, " a ainsi déclaré l'écrivain égyptienne et activiste Nawal el Saadawi pendant le récent Kwani ? Litfest.

Pourquoi devrions-nous voiler seulement des femmes ?
Pourquoi devrions nous dénuder seulement les femmes ?


À New York, où j'enseigne parfois, je vois des femmes exposer leurs poitrines et cuisses parce que c'est la mode."

"
Pendant que les hommes sont dans leurs costumes et cravattes, les femmes sont nues.

Je pense que les hommes devraient être nus aussi
et si nous devons voiler les femmes alors les hommes devraient être voilés aussi."

À 81 ans, Saadawi est le type même de l'écrivain accompli et renommé en particulier pour beaucoup de ses livres révélateurs sur le sujet des femmes dans l'Islam et notamment sur les mutilations génétales feminines.


Parmi ses œuvres, on peut citer la Femme au point Zéro , le Visage Caché d'Eve, Dieu Meurt à coté du Nil, la Chute de l'Imam, la Chanson encerclente et la Recherche.

Comme dans ses œuvres, Saadawi est elle-même une femme bien arrêtée dans ses opinions - petite de stature mais avec quelque chose de plus grand qu'une vive personnalité et une présence impérieuse, aussi il n'est pas du tout surprenant de l'entendre affirmer "
c'est complètement absurdie de circoncire un garçon."

Certains prétendent que c'est sain. Ils disent que la saleté s'y accumulera. Donc devrais-je aussi couperl'oreille parce que la saleté s'y accumulera ? C'est un système d'esclave post-moderne. "

"
Dieu est utilisé pour justifier des injustices," a ajouté Saadawi au Kwani ? Litfest. "Comme enfant, j'ai été stupéfiée de voir ma mère parmi ceux qui m'ont excisée ".

Ceci est en partie la raison pour laquelle je suis aussi contre la circoncision masculine que personne ne dénonce.

Pourquoi devrions- nous mutiler un enfant sain ? il faudrait mettre fin à cela.

Saadawi qui a été excisée en tant que petite fille, a critiqué, en tant qu'adulte cette pratique dans ses œuvres.

Elle a répondu au décès d'une fillette de 12 ans, Bedour lShaker, pendant une opération d'excision génitale en 2007, en écrivant : "Bedour, as-tu dû mourir pour qu'un de lumière brille dans les esprits ténébreux ? Devais tu payer de ta précieuse vie un prix ... aux docteurs et aux ecclésiastiques pour apprendre qu'une religion juste ne mutile pas les organes d'enfant."

La circoncision constitue une agression. Un garçon n'oublie jamais la douleur .

Sauf pour des raisons cliniques,
les enfants ne doivent pas être mutilés du tout. Il ne devrait y avoir aucune circoncision, déclare Saadawi qui a exercé comme médecin et psychiatre.

J'ai écrit beaucoup de mes œuvres depuis les années soixante au années quatre-vingt mais nous sommes retournés en arrière malgré la révolution. Le capitalisme est basé sur la religion et les femmes sont inférieures dans toutes les religions."

Pendant la lecture de ses points essentiels au Litfest, un membre de public a intérrogé Saadawi à propos de ses inclinations féministes et elle a répondu :

"Il y a beaucoup de féminisme dans le monde. Certaines sont des féministes capitalistes comme Hilary Clinton, Condolezza Rice Margaret Thatcher, Angela Merkel et beaucoup d'autres. Je ne soutiens pas ces féministes là. Comme il y a le patriarcat fanatique, il y a le féminisme fanatique.
Nos idées sur le féminisme doivent être révisées pour être plus humanistes."


Pendant le débat également, un membre de public a demandé à Saadawi où les femmes devaient mettre la ligne entre leurs carrières et bénévolat et c'est à travers une salve d'applaudissements qu' elle a répondu :

"Les femmes sont conduites au volontairiat. Je suis contre le volontariat dans le but d'égalité. Si je travaille, je dois être payée pour mon travail et payée bien. Je ne dis pas que nous ne devrions pas nous porter volontaire, mais il doit y avoir un système basé sur la justice sociale et économique dans laquelle les femmes peuvent obtenir leur du. Autrement, c'est de l'exploitation."

Face à une standing ovation, elle a ajouté pour conclure ses remarques
"comme femmes, nous sommes amenées jusqu'à minimiser notre dignité et notre valeur. Les femmes travaillent à la maison pour rien et c'est le patriarcat, le féodalisme et le capitalisme qui sont derrière tout ça."

Ecouter le discours de Saadawi fait penser à une autre octogénaire, Maya Angelou, dont la poésie et d'autres œuvres comme dans " je sais pourquoi les oiseaux en cage chantent ", plaident pour la libération de la femme (noire).

Ou " la Couleur Pourpre" d'Alice Walker dans lequel les questions de race et de genre sont mises au premier plan face à la religion . Ainsi les œuvres de Saadawi reflètent les nombreuses questions sur l'oppression féminine confirmées par la religion et le capitalisme.


=====================


Tuesday, December 18, 2012 - 00:00 -- BY PAULINE ODHIAMBO


“I'm not against nakedness but I believe everyone should be naked. Both men and women. Veiling and nakedness are two sides of the same coin.

I'm against veiling if only women are veiled,” so declared Egyptian author and activist Nawal el Saadawi during the recent Kwani? Litfest.

“Why should we only veil women? Why should we women only be made naked. In New York, where I sometimes teach, I see women exposing their breasts and thighs because it is the fashion."

"While the men are in their suits and ties, the women are naked. I think the men should be naked too and if we must veil the women then the men should be veiled too.”

At 81, Saadawi is the epitome of the accomplished writer renowned especially for her many revealing books on the subject of women in Islam and especially on female genital mutilation.

Among her works are Woman at Point Zero, The Hidden Face of Eve, God Dies by the Nile, The Fall of the Imam, The Circling Song and Searching.

As in her works, Saadawi is in person an opinionated woman – small in stature but with a larger than life personality and commanding presence so that it is not really surprising when she says, “It's completely nonsense to circumcise a boy.

Some people say it is healthy. They say dirt will accumulate. So should I cut the ear too because dirt will accumulate? It's a post-modern slave system.”

“God is being used to justify injustices,” Saadawi added at the Kwani? Litfest. “As a child, I was amazed that my mother was among those who cut me.

This is partly the reason why I'm against male circumcision too because nobody speaks up about it. Why should we cut a healthy child. It should be stopped.”

Saadawi who was circumcised as a young girl has as an adult criticized the practice through her works. She responded to the death of a 12-year old girl, Bedour Shaker, during a genital circumcision operation in 2007 by writing: "Bedour, did you have to die for some light to shine in the dark minds? Did you have to pay with your dear life a price... for doctors and clerics to learn that the right religion doesn't cut children's organs."

“Circumcision creates aggression. A boy never forgets the pain of it all. Unless for clinical reasons, children should not be cut at all. There should be no circumcision whatsoever,” says Saadawi who has practiced as a physician and psychiatrist.

“I wrote many of my works from the sixties through to the eighties but we have gone backwards in spite of the revolution. Capitalism is based on religion and women are inferior in all religions.”

During her keynote lecture at the litfest, an audience member asked Saadawi about her feminist inclinations and she replied:

“There are many feminism in the world. Some are capitalist feminists like Hilary Clinton, Condolezza Rice, Margaret Thatcher, Angela Merkel and many others. I do not support these feminists. Just as there is fanatic patriarchy there is fanatic feminism. Our ideas on feminism have to be revised to be more humanistic.”

Also during the lecture, an audience member asked Saadawi where women should draw the line between their careers and volunteer work and to a round of applause she answered :

“Women are brought up to volunteer. I'm against volunteering for the purpose of equality. If I work, I must be paid for my work and paid well. I'm not saying that we shouldn't volunteer but there must be a system based on social and economic justice in which women can get their due. Otherwise it is exploitation.”

To a standing ovation, she added in her concluding remarks, “As women we are brought up to minimize our dignity and value. Women work at home for nothing and that is patriarchy, feudalism and capitalism rolled into one.”

Listening to Saadawi speak brought to mind another octogenarian, Maya Angelou, whose poetry and other works as in I Know Why the Caged Birds Sings advocate for (black) female liberation.

Or Alice Walker's Colour Purple in which issues of race and gender are also brought to the fore against a backdrop of religion. Thus Saadawi's works reflects the many issues on female oppression as validated by religion and capitalism.


AWSA France | qui est A.W.S.A France? | extrait des statuts | Contact | Adhérer | Actualités | Cette nausée qui nous gagne... | Laicite | Egalité-Diversite | Etranger(e)s-vos droits | Paroles de Femmes...et d'Hommes | Plan du site


Revenir au contenu | Revenir au menu